mardi 18 novembre 2014

L'écrivain national, Serge Joncour, roman de la rentrée littéraire 2014

 Ce séjour promettait d’être calme. C’était même l’idée de départ, prendre du recul, faire un pas de côté hors du quotidien. En acceptant l’invitation, je ne courais aucun risque, la sinécure s’annonçait même idéale, un mois dans une région forestière et reculée, un mois dans une ville perdue avec juste ce qu’il faut de monde pour ne pas craindre d’être seul, tout en étant royalement retiré, ça semblait rêvé. 
Telle est l’intention de Serge, l’écrivain national,  en arrivant dans cette région du Morvan, où l’attendent le maire, un couple de  libraires et les lectrices du coin  pour y animer des ateliers d’écriture et participer à des rencontres  culturelles dont il serait le centre mais … pas une seconde je n’imaginais que le doux séjour puisse virer au cauchemar, pas une seconde je ne pouvais imaginer que tout bascule au point de sombrer dans la folie des pires dérèglements. Oui, sans ce fait-divers à quelques kilomètres de là, tout se serait parfaitement passé. 

Il y a de tout dans ce roman qui,  de récit pseudo biographique  sur la vie un peu morne mais parfois aussi loufoque  d’un auteur exhibé partout en  vedette locale, vire soudain au polar et devient même très sentimental à partir du moment où  l’écrivain voit la photo de Dora sur le journal local. Elle lui plaît immédiatement et avec elle,  tout s’embrase.  il en oublie sa mission d’auteur et arrive en retard et dans un état désastreux partout où il est attendu ce qui lui vaut peu à peu la méfiance,  la réprobation et jusqu’au sarcasme de ses fidèles admirateurs.  Il est sans cesse attiré par un coin  au plus profond de la forêt ténébreuse  où s’est déroulé le drame de la disparition d’un vieil homme riche que l’on soupçonne tué par ses locataires, ses seuls voisins dans cet endroit désert, deux jeunes émigrés de l’est. L’homme sur lequel on a retrouvé l’argent du vieillard est désormais en prison mais  l’autre, c’est  cette Dora, qui hante  les pensées de l’écrivain, malgré les nombreuses mises en garde qui lui sont faites. 

Après un départ assez lent, c’est finalement avec un grand désir de connaître le dénouement que j’ai continué cette lecture dont je  garderai,c'est sûr,  un très bon souvenir. 

L'écrivain national, Serge Joncour, roman de la rentrée littéraire 2014
 Lu aussi les billets de Cuné,  Clara,  Sandrine (Ys),  Eimelle, Yueyin,  L'Irrégulière,  Brize,  Alex,
Rentrée littéraire 2014 chez Hérisson,

14 commentaires:

  1. J'ai retrouvé dans ce un peu roman un peu de l'auteur que j'ai rencontré et j'ai eu du plaisir à le lire !

    RépondreSupprimer
  2. Les avis sont partagés sur ce roman, je tenterai peut-être à la bibliothèque, mais je suis loin d'en faire une priorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvé aussi par hasard à la bibliothèque mais j'avais lu de bons billets sur ce roman alors je n'ai pas hésité à le prendre.

      Supprimer
  3. Ravie qu'il t'ait plu ! Comme toi, j'en garderai un très bon souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des scènes plus fortes que d'autres que je n'oublierai pas!

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Si tu as l'occasion de le lire, n'hésite pas!

      Supprimer
  5. Pas encore écrit mon billet mais j'ai trouvé l'ambiance très réussie ! :)

    RépondreSupprimer
  6. J'avais bien aimé lire ce roman. Je crois que Joncour est en passe de devenir l'un de mes auteurs préférés.

    RépondreSupprimer
  7. On parle beaucoup de ce livre. Je finirai par le lire mais il faudrait tout de même que je me décide à lire avant "l'amour sans le faire" que j'ai dans ma PAL.

    RépondreSupprimer
  8. Lu (pas de billet), des passages pas mal, la forêt bien rendue, une bonne ambiance provinciale, mais... un poil d'ennui, c'est grave...

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.