mardi 13 août 2013

L'héritière amoureuse, Valérie Parv, challenge Harlequin, " une impression de force brute et sauvage et une de plénitude après un baiser passionné ... et il part chasser le crocodile!."

Je croyais m’être inscrite à un challenge Harlequin cet été mais impossible de le retrouver. Aurais-je rêvé?
(Merci à Coccinelle et à Crokbulle qui m'ont aidé à retrouver les Harlequinades de Karine

Quoi qu’il en soit, je viens de terminer une histoire totalement dans le ton de cette collection Harlequin, sirupeuse à souhait.  
Romantique, intense, passionné… dit la quatrième de couverture!  Hum! Très convenu surtout et sans surprises. Rien que du très attendu!

Il y est question  d’une riche héritière, Shara, très belle, bien sûr,  au regard de braise et aux longs cheveux de jais.
Elle est  en fuite chez les aborigènes  d’Australie. Elle craint son poursuivant auquel son père vient de la fiancer: le terrible Jamal prêt à la tuer plutôt que de la perdre! 

Celui qui va la sauver, c’est Tom McCullough, le bellâtre,   le beau et riche propriétaire qui la découvre un matin sur ses terres alors qu’elle a dû abandonner sa voiture un peu plus loin. Dès les premières lignes on sait qui vaincra, malgré les enlèvements, les trahisons, les courses poursuites, bref les habituelles péripéties du genre!  

Voici l’apparition du héros et de son ami :
Il émanait d’eux une impression de force brute et sauvage. D’une certaine façon, ils se ressemblaient. Tous deux étaient très beaux. Les bouts de tissu noués autour de leurs reins révélaient des corps parfaits tout en muscles qui roulaient doucement sous la peau. La chemise ouverte de Tom laissait voir quant à elle un torse athlétique et un ventre parfaitement plat. Leurs yeux brillaient d’un même éclat farouche, indomptable, presque animal. On aurait dit deux fauves qui n’attendaient qu’un prétexte pour bondir sur leur proie. (p. 16)
Enfin voici le baiser passionné si attendu vu par un témoin attentif:
Il se dégageait d’eux une impression de plénitude, comme s’ils ne formaient plus qu’un être unique rayonnant d’un amour qui suffisait à embellir la vie de tous ceux qui les entouraient ; pour la première fois de sa vie il se demanda s’il pouvait exister quelque chose de plus beau que cela. Puis, rajustant son chapeau, il partit chasser le crocodile. (p. 243)
Aucune surprise! Éternel recommencement!  J'en ai lu de plus drôles. J'attendrai encore l'été prochain avant d'y revenir!  L'avantage, c'est que ça se lit à toute allure et que je ne peux pas me sentir déçue puisque c'est toujours copie conforme. C'est presque rassurant en un sens! 

L'héritière amoureuse,  Valérie Parv, 
Collection Ambre, Harlequin,2004, 244 pages 
Traduction française de Fabrice Canepa
Titre original: Heir to Danger

20 commentaires:

  1. Rien que les passages... ^_^
    Pff, je viens de réaliser que mon nouvel agrégateur de flux ne reconnait pas ton adresse... (heureusement je t'ai mise en lien directement sur mon blog)(d'autres blogs sont ainsi refusés, j'ignore pourquoi)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une succession de clichés de ce genre! Rien que d'habituel, quoi! Il y en a de meilleurs! Quant aux agrégateurs de flux, certains reconnaissent le blog et d'autres pas. Pareil pour moi pour certains blogs et je n'arrive pas à comprendre les raisons. Un mystère de plus devant lequel je me sens impuissante!

      Supprimer
  2. Mais pourquoi est-ce le crocodile qui trinque ? !!! En extrait de trois lignes, c'est formidable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bof, parce que l'histoire se passe en Australie et que l'amoureux est un grand chasseur dans tous les domaines et qu'il faut que ça se fasse savoir à tous moments au cas où on n'aurait pas encore compris qu'il peut être dangereux !

      Supprimer
  3. je crois qu'il ne faut pas choisir ce livre pour se documenter sur les Aborigènes d'Australie... Ce contexte est original toutefois ! (bien que je ne sois pas spécialiste du genre ! ;-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non! D'ailleurs j'ai longtemps cru que ça se passait en Afrique puis j'ai réalisé que l'auteur était australienne alors forcément...

      Supprimer
  4. Je te rassure, le challenge Harlequin existe bien, je l'ai vu hier sur un blog !
    Quelle lecture ! Je remarque beauté, brute, sauvage, de quoi appâter le chaland... Et la chasse aux crocodiles, la classe !
    Hum... bon challenge !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai donc pas rêvé!
      Tu as vu: rien n'y manque de ce qui est susceptible d'allécher les petits cœurs féminins!

      Supprimer
  5. Il n'y a que le baiser? Pas de galipettes? Remboursez!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, si, c'est plein de galipettes aussi, mais moi, ce qui m'émeut le plus, c'est toujours le premier baiser, que veux-tu! :))

      Supprimer
  6. Coucou ^^
    J'ai vu le challenge chez Syl, ça a l'air bien, j'aime bien aussi en lire, ça détend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merci, c'est donc Syl qui a fait un billet de présentation mais c'est chez Karine, en fin de compte, que ça se passe!

      Supprimer
    2. Oui du coup j'ai succombée aussi, j'ai ressortie les vieux harlequins et j'ai dû rafraîchir les couvertures, tellement elles étaient usées.
      Bonne lecture ^^

      Supprimer
  7. Un challenge Harlequin mais c'est génial ça fait une éternité que je n'en ai pas lu. L'excuse rêvée pour replonger l'espace d'un été !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un par été, c'est une bonne idée mais cette fois c'était un peu trop sérieux. Pas un brin d'humour dans une histoire un peu trop prévisible! Serais-je devenue blasée? J'espère que non! Ça m'a bien détendue parfois!

      Supprimer
  8. Hihi, au moins on est en terrain connu. Comme tu dis, pas de bonne ni de mauvaise surprise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà! On est sûr que les codes seront respectés! C'est très codifié en fait!

      Supprimer
  9. Une collection rassurante, presque un doudou alors ? rires....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Presque, oui! Une mauvaise habitude en somme!

      Supprimer
  10. Oh boy... ça promet, ça!
    Je pense que je passerai sur celui-là. Mais comme tu dis, au moins, on sait à quoi s'attendre!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.