lundi 12 août 2013

La femme qui attendait, Andreï Makine

Dans un village perdu de la Russie du nord,  Véra est une femme  d’âge mûr qui attend depuis une trentaine d’années le retour de son fiancé disparu en 1945, dans les derniers jours de la guerre. Elle partage son temps entre l’enseignement aux jeunes enfants d’un village voisin et le soin apporté aux vieilles femmes de son  entourage totalement délaissées de tous. Elle est admirable de courage, de force et d’abnégation et le jeune narrateur de vingt-six ans venu là quelques mois pour terminer  une thèse  tombe en admiration devant elle. Elle l’intrigue et ne le laisse pas indifférent … peut-être même en devient-il  aussi plus ou moins amoureux ... mais peut-être pas non plus ...  Que s'est-il passé? 

C’est un très beau récit  sur la solitude, la force du souvenir, l’amour charnel, la compassion mais surtout sur l'attente. C’est un texte très fort, plein de pudeur et de folie, d’excès et de retenue. L’écriture est belle, classique et poétique à la fois, pure et précise. J’en retiendrai surtout, outre  la magnifique figure de Véra, les évocations lentes et glacées des bords de la mer Blanche et des forêts environnantes et ces vieilles femmes, si dignes,  qui se meurent seules une à une dans leurs maisons abandonnées  "sans volonté de sacrifice, sans emphase. Seule, cette pensée, indistincte de la luminosité de l'air: "C'est ainsi".    
Un vraiment beau roman! 
«Une femme si intensément destinée au bonheur (ne serait-ce qu’à un bonheur purement physique, oui, à un banal bien-être charnel)  et qui choisit, on dirait avec insouciance, la solitude, la fidélité envers un absent, le refus d’aimer…» (p.9)
 «Ce jour-là, je la croisai au même endroit que la première fois,dans la saulaie qui bordait le lac. Les branches avaient déjà perdu leurs feuilles, l’argile rouge de la berge était tout strié de cet or éteint. Vêtue de son vieux manteau de cavalier, chaussée de grosses bottes, elle poussait une barque envasée parmi les piquets des joncs. Une barque trop large, trop lourde pour être conduite à la rame, destinée sans doute à une navigation à voile.  Mais peut-être la seule qui restait par ici en état de flotter.» 
Merci à Maryline qui me l'a fait connaître ICI 
La femme qui attendait, Andreï Makine (Points,  Seuil, 2004, 214 p.)

Challenge de Lili Galipette: 2ème participationMa PAL d'été 2013, avec Lili Galipette

18 commentaires:

  1. Encore un auteur que je n'ai pas pris le temps de lire jusqu'à présent (soupirs)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'est-ce qu'il écrit bien! Tu l'aimerais!

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Pourquoi ne l'ai-je pas lu plus tôt? Maintenant je tiens à lire son "Testament français".

      Supprimer
  3. Il me semble avoir lu son premier roman, fort bien écrit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un français très pur, comme j'aime, sans fioritures mais avec de belles envolées et une réelle inspiration.

      Supprimer
  4. Un auteur que j'ai aussi découvert grâce à Maryline :) Jusqu'à présent, je n'ai lu de lui que "Le livre des brèves amours éternelles" que je te recommande chaudement. Ce titre-ci sera certainement mon prochain de cet auteur car le résumé a tout pour me plaire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je note le titre que tu me conseilles. Je vais me lasser difficilement de cet auteur, je crois!

      Supprimer
  5. Jamais lu Makine, je pense qu'il me plairait pourtant.

    RépondreSupprimer
  6. tiens, c'est drôle, moi qui me disais que j'avais bien envie d'un roman russe, je viens de commencer Cœur de chien de Boulgakov... bon, rien à voir, apparemment ! Jamais lu Makine, non plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime aussi beaucoup les auteurs russes dont Boulgakov et Makine, bien qu'écrivant en français, s'élève à leur hauteur tant par l'écriture elle-même que par la maîtrise de l'intrigue et ses notations pleines de sensibilité et de réalisme.

      Supprimer
  7. Je ne suis pas sûre que ce soit un auteur pour moi, contrairement aux autres lecteurs ci-dessus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je crois que tu te trompes et que tu pourrais beaucoup l'apprécier!

      Supprimer
  8. C'est un auteur que j'aime, mais lorsqu'il est question de guerre je suis un peu réticente. J'avoue que toute cette attente m'intrigue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout d'un après-guerre dont il s'agit ici. Les hommes ne sont pas revenus. Restent les femmes qui ne sont plus toutes jeunes désormais. . Quant à la longue attente , on finit par se demander si elle est bénéfique ou pas, voulue ou non. La fin qui m'a surprise m'a plu aussi.

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.