samedi 16 février 2013

La femme qui décida de passer une année au lit, Sue Townsend


 Soyez bienveillant, car tous ceux que vous rencontrez mènent un dur combat » attribué à Platon, et à bien d’autres. 

C’est sous le signe de la bienveillance que ce roman est placé :  la bienveillance, tout simplement. 
Moins chick lit que ne me le laissaient supposer  la mignonne  couverture (On peut en  suivre la création ICI) ainsi que  le nom de l’auteur ( Papesse de la comédie satirique made in England, romancière culte outre-Manche avec,  à son actif,  la série d’  Adrian Mole ),  ce roman  raconte le ras-le-bol d’une femme,  une fois ses enfants partis poursuivre leurs études loin d’elle,  et qui , de plus,  vient de découvrir la double vie de son mari.
Elle décide alors de ne plus quitter son lit et de ne plus s’occuper de rien ni de personne, à peine d’elle-même. Elle veut se donner le temps de réfléchir,  de se souvenir, de faire des listes, ce qu’elle n’a pas eu le temps de faire encore.
Elle commence par faire le vide autour d’elle, dans sa chambre aux murs nus peints en blanc et ne voit plus le monde extérieur que par la fenêtre auquel son lit est accosté.
Eva est une femme belle et charmante,  tour à tour fille, épouse et mère exemplaire, elle fait l’unanimité autour d’elle et sa nouvelle attitude déconcerte évidemment son entourage qui doit désormais s’occuper d’elle à plein temps.
La vie de la famille  s’organise  dès lors autour d’elle,  tant bien que mal, au jour le jour.  Le plus surprenant, c’est que cette chambre devient vite le centre de la maison où tout le monde se retrouve: mère, belle-mère, mari avec sa maîtresse,  les jumeaux surdoués uniquement intéressés par eux-mêmes et leurs études, leur colocataire abusive … Cependant autant les proches d’Eva se montrent égoïstes et pénibles, autant ce sont des voisins, des étrangers, des inconnus  qui deviendront indispensables à sa survie.
Eva, toujours généreuse,  accueille dans sa chambre ceux qui ont  besoin de ses conseils et peu à peu, selon la rumeur, elle serait une sainte. Phénomène de foule autour de sa maison. Les médias s’en mêlent. C’est cette partie-là que j’ai moins aimée.
Heureusement la fin m’a surprise : je l’ai trouvée belle.

Si le ton du début est désinvolte, vif et drôle à souhait, il se fait plus sérieux ensuite. L’amour est bien présent sous toutes ses formes, du plus doux au plus sombre. A part Eva, attachante et complexe et Alexander, lumineux et plein de bon sens,  les personnages sont tracés au cordeau, un peu trop stéréotypés à mon goût. Certains m’ont paru excessifs et odieux, surtout les jumeaux mais Eva domine tellement le récit que peu importe les autres, je n’ai plus vu qu’elle  durant ma lecture. Est- elle vraiment dépressive ? Je ne l’ai pas cru au début tant elle était solaire mais à la fin, je dois bien admettre que… pas envie de l’imiter, en tout cas…même si, parfois, …  Bref une lecture intéressante!
8 mars au lit La femme qui décida de passer une année au lit  de Sue Townsend - Editions  Charleston - 448 p. -  (Sortie le 15 février 2013) Traduit de l'anglais par Fabienne Duvigneau, 

Titre original: The Woman Who Went to Bed for a Year, 2012

Je remercie les éditions Charleston pour ce livre reçu grâce à l'opération Masse critique de Babelio  

Les éditions Charleston

30 commentaires:

  1. Mais l'auteur a aussi écrit un bouquin marrant sur la reine! Pas récemment, mais c'est dans un coin de ma tête.
    Sur ce, je vais me recoucher, tiens... ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison. Elle a aussi écrit : "La reine et moi" mais je ne l'ai pas lu.

      Supprimer
  2. Tu as tout changé Mango, je pensais m´être trompée de blog.
    Certainement intéressant ce livre. Bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien obligée, Alba, et plutôt malgré moi, pour des raisons purement techniques et un peu aussi en raison d'un manque de temps flagrant en ce moment mais c'est toujours moi qui profite du samedi pour visiter enfin les blogs amis!

      Supprimer
  3. Je lis ton avis en diagonale puisqu'il est dans ma PAL !

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi, je resterai bien au lit, de temps en temps, mais pas une année complète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une année complète, c'est un cas! Une journée entière, c'est délicieux pour lire!

      Supprimer
  5. Il me tente depuis un moment celui-ci et ton billet m'encourage à me le procurer ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il n'est sûrement pas essentiel, il est sans doute plus sérieux qu'il n'en a l'air!

      Supprimer
  6. Il me tente bien aussi ... je vais essayer de me le procurer à la bibliothèque cet après-midi. Bonne fin de semaine,Mango ... ici en Bretagne le temps est resplendissant aujourd'hui ...

    Y.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce dimanche il fait finalement très beau ici aussi.

      Supprimer
  7. Pas plus tenté que cela. Le sujet ne m'inspire pas du tout en fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je le comprends bien! Ce livre n'est pas pour toi, surtout en ce moment!

      Supprimer
  8. Une lecture en demi teinte. Je vais donc passer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, j'ai aimé malgré quelques critiques.

      Supprimer
  9. J'adore Adrian Mole et je n'ai jamais cherché à savoir ce que Sue Townsend a écrit d'autre. Je note, ça pourrait me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A mon tour, je lirais bien maintenant Adrian Mole! :)

      Supprimer
    2. J'ai adoré la série des Adrian Mole aussi, mais celui-là est encore plus noir. C'est un ton assez spécial, pourtant, comme le dit Mango, il donne à réfléchir. Il y a énormément d'humour, plus grinçante encore que dans les livres précédents de Sue Townsend...

      Supprimer
  10. Sans enthousiasme de ta part, donc, je ne note pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est donc que j'ai raté mon billet car j'ai bien aimé cette lecture tout en étant consciente de quelques faiblesses. Je n'ai pas su transmettre ce que je ressentais.

      Supprimer
  11. Une lecture détente en compagnie d'une sorte d'Alexandre le bienheureux au féminin ? Non, j'exagère :) J'ai bien aimé La Reie et moi, très satyrique. Si la série est traduite, ça m'intéresse aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai passé un bon moment avec ce livre malgré les défauts que je pouvais constater au fur et à mesure. N'empêche, je ne me suis pas ennuyée un seul moment!

      Supprimer
  12. On a tout envie parfois de tout plaquer et de ne plus rien faire, mais de là à réellement passer à l'acte. Je pense que je préférerais son livre sur la reine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu celui-là mais celui-ci m'a bien plu malgré tout.

      Supprimer
  13. Bonjour,

    Aucune chance que je me tourne vers ce livre (trop de livres à lire, pas assez de vies donc j'élimine aussi drastiquement que possible), mais il me fait penser, à un autre niveau, à "Chaos calme" de Sandro Veronesi : cet homme qui se met en pause, en quelque sorte, après le décès de sa compagne et que tout le monde vient consulter dans sa voiture. J'avais beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
  14. Une matinée au lit, oui,une journée complète, sauf si l'on est malade, c'est déjà pénible! Les repas pris au lit se digèrent mal, même légers, on est forcé de ne boire que de l'eau, les autres boissons ne passent pas. La lecture? au bout de quelques heures, on a besoin de bouger, et pas qu'un peu ! les jambes s'engourdissent, le corps fourmille d'impatiences. Et la nuit, comment dormir?
    Oui, cette femme est une sainte!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.