vendredi 13 septembre 2013

Nos étoiles contraires, John Green


"Lorsque je lisais ce livre à la plage, ma mère m'a demandé ce qu'il racontait et moi, complètement absorbée par ma lecture et désirant y retourner au plus vite, je lui ai dit le gros de l'histoire.
- C'est une fille qui a le cancer, qui rencontre un gras qui avait le cancer. C'est génial! 
Alors là, elle m'a lancé un regard inquiet et m'a dit:
"- T'es sûre que ça va? "
(Une lectrice de Blooknode, 4ème de couverture)

C’est fou le nombre de livres que j’ai pu lire dernièrement sur la mort  rôdant autour  du personnage principal, qu’il soit lui-même mourant ou qu’il doive faire le deuil d’un être cher: mari, enfant, parent,  peu importe, le thème est à la mode,  même  dans la YA comme ici, ce roman "destiné aux jeunes adultes". 
Pourtant je ne recherche pas particulièrement ce thème et par exemple, cette fois-ci, je ne connaissais ni l'auteur ni le résumé de son roman, ni qu'il connaissait un tel succès.  Je l'ai juste choisi sur la table des nouveautés de l'année et j'ai bien fait  car j'ai eu bien du plaisir à suivre l'histoire de ces trois jeunes amis fréquentant une association pour jeunes cancéreux en rémission, enfin pas tous en rémission,  car Hazel, la narratrice de seize ans,  qui ne se déplace  qu'avec sa bouteille d'oxygène traînée constamment derrière elle,  a un cancer inguérissable tandis que Augustus, son amoureux, est en rémission après avoir perdu une jambe et que leur ami Isaac, lui,  a dû se faire enlever les deux yeux, devenant ainsi aveugle. 

Ainsi présenté, on dirait un cauchemar, une histoire d' horreur, ce roman ... pourtant pas du tout, c'est la force de l'auteur d'avoir réussi à en faire un récit plein d'amour, et d'humour, de colère, de souffrance, d'indignation, de peur et d'angoisse, mais aussi de dévouement, d'altruisme, de passion, de désir, d'ambition et de prises de risque, de moments fous et pleins de folie, d'instants d'oubli et de promesses éternelles, bref tout ce qui fait le sel de la vie et les bons romans, en somme ....
Je n'ai pas versé de larmes comme beaucoup mais attendrie, émue, révoltée tour à tour, oui, bien sûr, je l'ai été. Il est réussi, ce  récit, parce que le ton est juste et les personnages  rafraîchissants,  oui, j'irai jusqu'à dire ça!


Nos étoiles contraires de John Green
(The Fault in Our Stars, 2012) 
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Catherine Gibert
Nathan, 2013, 331 p.
(Présenté comme "Roman destiné aux jeunes adultes")

23 commentaires:

  1. Je l'ai chroniqué la semaine dernière
    http://aimerlire.tumblr.com/post/60063997444/john-green-etoiles-contraires
    Moi aussi j'ai vraiment aimé. Seule ombre au tableau, c'est difficile de convaincre ses amies de le lire "oh, mais si vous allez voir, c'est des ados qui ont le cancer, c'est trop bien, on rit, on pleure..."... pour le moment je n'ai eu le droit qu'à des regards dubitatifs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ce mot-là fait peur mais ici, c'est différent car traité sans pathos et avec vitalité et une belle énergie, je trouve.
      J'ai ajouté le lien.

      Supprimer
  2. Lecture prévue pour le mois prochain...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bon moment en perspective par conséquent!

      Supprimer
  3. Je dois être une des rares à ne pas l'avoir encore lu....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On le trouve encore facilement dans les librairies ou les médiathèques. Il surprend même si on connaît déjà l'histoire, c'est ça qui est étonnant!

      Supprimer
  4. Comme Alex, mais j'en avais beaucoup entendu parler... (que font les biblis? ^_^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien dû en entendre parler aussi vu tous les blogs qui le présentent mais j'avais oublié ce titre et l'ai choisi par hasard, presque en désespoir de cause avant fermeture de la bibli!

      Supprimer
  5. ça restera un grand souvenir parce que je ne m'attendais pas du tout à être secoué à ce point (même si comme toi je n'ai pas pleuré, je suis un dur quand même^^).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, c'est aussi l'effet qu'il m'a fait: de la surprise - parce que, ayant lu le thème sur la 4 de Couv, je me suis dit: Ah! encore! Et puis très vite l'histoire et les personnages m'ont embarquée avec eux et la fraîcheur du style m'a plu énormément!

      Supprimer
  6. Non non non je ne te lirai pas avant de l'avoir lu !^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lis-le , j'irai lire tes impressions mais je serais étonnée que tu ne l'aimes pas!

      Supprimer
  7. Je ne me sens pas du tout prête à le lire ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça , je peux le comprendre: ça reste un sujet très douloureux que l'on soit le malade ou un proche!

      Supprimer
  8. Lu cet été aussi, beaucoup apprécié... la gorge nouée à certains passages... larmes versées à d'autres... je suis une émotive ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut dire que le sujet s'y prête. Difficile de trouver un thème plus émouvant: des enfants ou ados malades à ce point , surtout quand on a soi-même des enfants, forcément, ça nous touche presque personnellement!

      Supprimer
  9. C'est fou mais je n'ai pas envie de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, Chacun ses raisons! C'est juste un bon livre sur un sujet difficile!

      Supprimer
  10. Je le lirai en octobre, pendant le mois américain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens je ne connais pas encore ce challenge! je vais aller voir qui l'organise!

      Supprimer
  11. ça a été une lecture très touchante pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cette lecture nous touche et nous émeut. Difficile de l'oublier ensuite!

      Supprimer
  12. Ah oui... Quel gros coup de cœur ce roman !

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.