lundi 29 juin 2009

De grâce et de vérité par Jennifer Johnston


Sally, une actrice irlandaise, rentre chez elle à Dublin après une tournée triomphale dans les capitales européennes. Elle est vannée. Ses producteurs l’attendent à New york pour surfer sur le succès et dans l’espoir d’obtenir Emmys et Oscars mais tout ce qu’elle désire, c’est de se reposer dans sa maison, près de Charlie, son mari, et de manger des chocolats en regardant le début de la guerre d’Irak à la télé.

Charlie choisit ce soir-là pour lui annoncer qu’il la quitte pour une autre. Elle le met aussitôt dehors et, pour ne pas sombrer, elle décide de se mettre sérieusement à la recherche de son père dont elle ne connaît pas l’identité. Sa famille, sa mère surtout, ont maintenu fermement le secret à ce sujet. Mais sa mère s’est suicidée et sa famille se réduit désormais à son grand-père, un évêque anglican qui refuse aussi de répondre à ses questions.

Arrivera-t-elle à le faire parler ? Connaîtra-t-elle enfin la vérité sur son histoire et sa véritable identité ?

J’avoue que depuis le début je me suis doutée de la fin de l’histoire, ce qui m’a déçue. J’ai trouvé la dernière partie du récit comme parachutée et pleine de clichés alors que j’ai bien aimé la première moitié car le style de l’auteur est limpide, simple, efficace, sans fioritures. C’est dommage ! Je ne peux pas le conseiller à ma meilleure amie et je ne le relirais pas volontiers non plus.

Je n’ai pas lu les autres livres de cette romancière, il paraît qu’elle a du succès.

Un exemple de son écriture :

« J’ai un grand-père.

Il n’a pas de temps à me consacrer. Pour être honnête, il se rappelle Noël et les anniversaires ; un chèque plié avec soin arrive par la poste. Pas de mot sur une carte. Aucun signe d’affection.

J’ai appris très tôt à ne pas poser de questions.

Ma mère faisait office de père et de mère et on pouvait aussi dire de grand-mère et de grand-père, de frère et de sœur… Quand, bien sûr, elle n’avait pas trop de soucis pour arriver à joindre les deux bouts. »

Sur ce même thème de la recherche d’identité, j’ai lu en février, Les monstres de Templeton de Lauren Groff , un vrai chef d’œuvre celui-là, drôle, baroque, foisonnant, riche à souhait. A côté celui-ci n’est qu’une bluette !

Kathel en a parlé aussi .

De grâce et de vérité de Jennifer Johnston (Belfond, 2007, 218 pages, traduit de l’anglais, Irlande, par Anne Damour) Titre original : Grace and truth

17 commentaires:

  1. S'il ne t'a pas emballée plus que çà, je ne le note pas. Ouf, merci pour ma LAL.

    RépondreSupprimer
  2. Eh bien juste un petit mot pour te dire que:
    comme j'aime beaucoup ton blog pour son ton et ce qu'il apporte comme ouverture sur les livres,
    je venais ce matin te transmettre le "blog d'Or", la coutume étant de l'offrir, comme un passage de témoin, après l'avoir soi-meme reçu...
    Alors, il est , avec GRAND plaisir, pour toi !
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  3. Eh bien, je ne connais pas du tout cet auteur. Je suis une vraie quiche en auteur britannique ... bon, d'après ce que tu dis, pas mal peine de noter. ;)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai été attirée par la scène de la couverture et ce que tu disais au début me tentait. Mais dès que tu es arrivée au mari va la quitter, à la télé et à la guerre en Irak, je me suis dit que ça sentait un peu le cliché... ce que confirme finalement ton avis :) Bon, j'essaierai de me souvenir de cet article pour ne pas succomber un jour, d'autant plus que j'ai les "Monstres de Templeton" en attente ^^

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai lu l'année dernière (je n'arrive pas à joindre le lien) mais mon avis était un peu mitigé aussi, car j'ai trouvé que la révélation finale était en quelque sorte justifiée par l'auteur, et j'ai trouvé cela plutôt choquant...

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Aifelle, Ta LAL s'en remettra, d'autant plus que tu n'as pas pu t'empêcher de la faire beaucoup grossir à Rouen, j'ai vu! ;)

    RépondreSupprimer
  8. Laurent, ça alors! Je ne m'y attendais pas et te remercie beaucoup! C'est très agréable! J'aurais pu en faire autant pour ton blog que j'aime aussi beaucoup mais puisque c'est déjà fait, je vais choisir un autre blog d'or à mon tour! A suivre donc!

    RépondreSupprimer
  9. Franchement, tu peux faire l'impasse sur ce livre! Sans être désagréable,il est de ceux qui s'oublient très vite!

    RépondreSupprimer
  10. Lou, c'est le jour et la nuit entre les deux livres: l'un est plat et banal, l'autre, plein d'inventions et de surprises! J'y pense encore avec joie!

    RépondreSupprimer
  11. Kathel, c'est fait, j'ai mis le lien avec ta page! Nous sommes bien d'accord sur ce livre: on l'oublie!

    RépondreSupprimer
  12. Bon, il était noté dans un coin, quelque part car j'avais bien aiùé deux de ses précédents romans, je raye donc!

    RépondreSupprimer
  13. Il est dans ma PAL suite à un troc ainsi que "Ceci n'est pas un roman" Je verrai bien ce que j'en pense mais j'ai lu beaucoup d'avis parlant du côté prévisible. Surtout que j'ai aussi adoré "Les monstres de Templeton"

    RépondreSupprimer
  14. Ah! je serais très intéressée par ton opinion. Je vais guetter ton billet sur ce livre alors!

    RépondreSupprimer
  15. j'ai lu un autre roman de cette auteure et j'ai resté mi-figue mi-raison. Je crois que l'univers irlandais ne me convient pas trop !

    RépondreSupprimer
  16. anjelica,Bah, j'espère pouvoir lire son prochain quand même,il sera peut-être beaucoup mieux!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.