dimanche 21 juillet 2013

Il fait chaud ... dans certains romans aussi ... mais lesquels?


Par désœuvrement, ennui, agacement, curiosité et plaisir aussi  heureusement,  j'ai eu envie de relire certains  passages de livres qui , dans mon souvenir,   évoquent le mieux la  grande chaleur. Je ne les ai pas tous sous la main mais  celui qui m'a le plus marquée de ce point de vue-là, c'est certainement "Le hussard sur le toit"de Giono 

 Vers  1832, Angelo, le hussard italien de 25 ans, fuit le Piémont après avoir tué en duel un officier autrichien. Il franchit à cheval la frontière française pour se retrouver à Manosque où sévit une épidémie de choléra. 
Mais auparavant, c'est la canicule qui le frappe et que décrit l'auteur.
La montée régulière de la chaleur bourdonnait comme d'une chaufferie impitoyablement bourrée de charbon. Le tronc des chênes craquait. Dans le sous-bois sec et nu comme un parquet d'église, inondé de cette lumière blanche sans éclat mais qui aveuglait par sa pulvérulence, la marche du cheval faisait tourner lentement de longs rayons noirs. La route qui serpentait à coups de reins de plus en plus raides pour se hisser à travers de vieux rochers couverts de lichens blancs frappait parfois de la tête du côté du soleil. Alors, dans le ciel de craie s'ouvrait une sorte de gouffre d'une phosphorescence inouïe d'où soufflait une haleine de four et de fièvre, visqueuse, dont on voyait trembler le gluant et le gras. Les arbres énormes disparaissaient dans cet éblouissement; de grands quartiers de forêt engloutis dans la lumière n'apparaissaient plus que comme de vagues feuillages de cendre, sans contours, vagues formes presque transparentes et que la chaleur recouvrait brusquement d'un lent remous de viscosités luisantes.
Il devait être à peu près midi. Le soleil tombait d'aplomb. La chaleur était, comme la veille, lourde et huileuse, le ciel blanc; des brumes semblables à des poussières ou à des fumées sortaient des champs de craie. Il n'y avait pas un souffle d'air, et le silence était impressionnant malgré les bruits des étables ...
 Je me souviens aussi du livre de   ... Inutile! Je ne retrouve plus le nom de l'auteur (une Italienne mais pas Simonetta Greggio comme je croyais me souvenir) Tant pis! Je rechercherai plus tard, je dois aérer la maison maintenant  avant tout et j'ai un peu la flemme aussi, à vrai dire! 

 

26 commentaires:

  1. J'adore le dessin ! Le hussard sur le toit, je ne pense pas l'avoir lu, par contre j'ai vu le film.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vu le film tellement j'ai aimé ce roman: trop peur d'être déçue!

      Supprimer
  2. Je me souviens très bien de ma lecture de ce livre, non pas à cause du soleil, mais parce que les gens vomissent tout le temps ! Des centaines de gens qui vomissent et vomissent encore au fil des pages : c'est atroce !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ce passage_là est difficilement oubliable mais tu ne te souviens pas de son arrivée dans Manosque quand il est à cheval, accablé par la chaleur? Ce passage, je l'ai trouvé très bien vu!

      Supprimer
  3. Je ne peux t'aider à retrouver le second titre, hélas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être pas celui-là mais un autre qui décrirait aussi un été caniculaire...?

      Supprimer
  4. super de nous extraire ce passage qui évoque la chaleur c'est tellement difficile à rendre dans l'écriture . merci et belles chaleurs à l'ombre avec les livres
    gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Frankie, c'est un passage très marquant et je ne l'ai jamais oublié contrairement à bien d'autres! Bonne journée aussi!

      Supprimer
  5. C'est beau en tout cas. Je n'ai pas beaucoup de lectures pleines de chaleur en tête mais je crois qu'il y a un roman de Colin Coterrill au Laos où les après midi sont toujours très chaudes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Merci du renseignement! Je vais voir ce que je peux trouver à ce sujet! Finalement y aurait-il plus d'orages et de tempêtes dans les romans que de grosses chaleurs?

      Supprimer
  6. Je reviens de Bretagne où j'ai eu la même température mais avec le vent ça change tout ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dès qu'il y a un souffle d'air, on se sent déjà mieux,mais ici en ce moment dans le 78, il fait lourd!

      Supprimer
  7. Un très grand livre. Merci de me faire relire ce passage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien qu'en le lisant, on a déjà très chaud, je trouve! :)

      Supprimer
  8. Ah Giono... merci pour ce bel extrait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un de ceux qui m'auront le plus impressionnée dans ce roman qui comptent pourtant beaucoup d'autres moments forts!

      Supprimer
  9. Giono décrit comme personne la chaleur et les étés du Sud de la France ! Un livre où il fait chaud également c'est Le soleil des Scorta de Lurent Gaudé, une nouvelle tirée du livre "L'odeur du figier : "Acqua...quelquechose" de Simonetta Greggio et d'autres qui m'échappent là tout de suite !!!^^ L'aérage est fini, il va falloir tout fermer pour résister à la canicule annoncée, j'adore le dessin, je vote pour la parité !!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu pour "Le soleil des Scorta"! Merci de me l'avoir rappelé! La parité? Je vote contre! En bonne bretonne, je préfère encore la pluie à ce genre de chaleur étouffante! :)

      Supprimer
  10. Dans " L'Etranger" de Camus aussi, je me souviens de certains passages, le soleil, la chaleur sont très présents ... comme cet été. Y.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, dans Camus aussi , il y a de beaux passages sur la grande chaleur!

      Supprimer
  11. Je me souviens avoir vu le film avec Juliette Binoche et Olivier Martinez mais je n'ai pas lu le livre de Giono et l'extrait que tu donnes invite à se plonger dans le roman... Parfait pour des après-midi ensoleillés à l'ombre d'un arbre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que j'ai aimé ce livre d'où ma réticence pour voir le film. Je préférerais relire une autre fois le livre à distance de quelques années, comme ça, par curiosité, pour voir si je m'en fais les mêmes images!

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.